Pour maigrir, écoutez votre faim !

Pour maigrir, écoutez votre faim !

Un peu de théorie...

 

Evaluez ce sentiment de creux dans l’estomac :
 

Il est important de définir la faim pour pouvoir l’identifier. Biologiquement, c’est une sensation provoquée par la chute du niveau de sucre dans le sang. Depuis 1999, on sait qu’une hormone appelée « ghréline » provoque aussi la sensation de faim. Elle est davantage sécrétée aux heures des repas et diminue dès que l’on commence à s’alimenter.
Cela ne nous dit pas grand-chose sur la sensation elle-même.
Voici la liste des symptômes rencontrés : ventre qui gargouille, sensation de creux dans l’estomac, voire crampes, salivation plus importante qu’à l’accoutumée, légère nausée, hyperréactivité aux stimuli en rapport avec la nourriture...
Cela peut aller jusqu’à des signaux se rapprochant de ceux de l’hypoglycémie, qui est l’étape qui suit la simple faim : tête qui tourne, perte de connaissance, humeur colérique, etc.
C’est un bon exercice que d’attendre de ressentir au moins un de ces signaux pour manger. Cela permet d’apprécier davantage le repas, d’en saisir tout le plaisir possible, mais cela permet de répondre à une demande de son corps et d’entamer ainsi le dialogue avec lui, ce qui est toujours plus sain que de devancer le besoin de manger.
Cette anticipation ne mène qu’à une seule chose : manger davantage que notre corps ne le réclame, c’est-à-dire trop manger.
Enfin, pour manger « à sa faim » et pas plus que selon ses besoins, il peut être utile de prendre ses repas à des horaires réguliers. A terme, cela crée des cycles de faim et régule la prise d’aliments durant le repas.


 

Repérez les circonstances où vous mangez sans faim :
 
 
On peut vite s’apercevoir qu’il y a des circonstances de la vie qui font que l’on mange sans faim.
D’abord, il y a l’habitude, qui fait que l’on se met à table pour dîner même si c’est le jour de Noël et que l’on est sorti de table seulement deux heures auparavant. On n’a pas faim, mais, à se nourrir trois fois par jour depuis notre naissance ou presque, il est des habitudes qui ont la peau dure.
Ensuite, il y a les circonstances exceptionnelles, où l’on cède à la gourmandise plutôt qu’à la faim. Ce sont, par exemple, les fêtes, notamment les fêtes de famille, les dîners entre amis et tout ce qui est mis en place pour favoriser la convivialité : le risque de caler sa consommation sur l’appétit des autres convives est réel et le temps du repas s’allongeant généralement à ces occasions, les chances de grignoter au-delà de la faim se multiplient.
De même, les voyages semblent être le moment où rien ne compte, pas même la quantité de nourriture consommée. On est hors du quotidien, dans une atmosphère suscitant la curiosité et la découverte, il n’y a pas de raisons, théoriquement, de contrôler sa gourmandise...
Enfin, et c’est un cas très fréquent, lorsque nous ressentons des angoisses ou des contrariétés, nous avons tendance à manger pour d’autres raisons que la faim, le plaisir tiré de la satiété étant un dérivatif aux émotions désagréables.

Voici une règle d’or pour maigrir sans s’atteler à des régimes abracadabrants : celle d’apprendre à écouter sa faim.


 

Écoutez votre satiété :

 
                                                                                                                                                                                         L’intestin, lorsque l’on se nourrit, libère une hormone appelée            « cholécystokinine ». Celle-ci se maintient un long temps et, lorsqu’elle baisse, fait survenir la sensation de faim.
Mastiquer avec soin permet de mieux transmettre au cerveau l’information « alimentation » et ainsi de déclencher plus facilement la sensation « satiété », qui est ce qui est toujours recherchée dans le fait de s’alimenter.
Il faut prêter une attention particulière à la satiété, et surtout, être patient et mesuré pour pouvoir la laisser s’exprimer : elle ne vient qu’une vingtaine de minutes après avoir arrêté de manger. De manière générale, il faut donc l’anticiper en sortant de table en ayant encore un peu faim.
Il existe certains aliments qui favorisent la venue plus rapide de la satiété. La satiété immédiate s’obtient avec des aliments à fort volume mais à faible teneur calorique : les légumes verts en sont un très bon exemple. La satiété à long terme,
quant à elle, s’obtient grâce aux féculents, aux protéines et aux fibres.
Une combinaison de tous ces types d’aliments, par ailleurs équilibrée en apports, vous assurera de réguler votre faim jusqu’au repas suivant, et ainsi de créer une dynamique positive, en vous mettant à table la fois suivante, au juste moment où vous commencerez à ressentir à nouveau la faim.
La satiété est aussi relative à une certaine part de psychologie : lorsque l’aliment consommé a un goût prononcé (épicé, sucré, acide...), la satisfaction, donc la satiété, aura tendance à venir plus vite.


 

 A retenir :



- Qu’est-ce que la faim ?

 La faim est une réaction de notre corps, nous envoyant un signal de besoin de nourriture. Ses symptômes peuvent être assez désagréables, mais il est important d’en attendre au moins un, ou le début d’un, pour se mettre à manger. C’est la seule manière de dialoguer avec son organisme à propos de la nourriture et de ne pas le contraindre à trop manger.

- Quand mange-t-on au-delà de sa faim ?

Des circonstances exceptionnelles nous affranchissent psychologiquement de la mesure. Il faut les repérer pour les anticiper : ambiances festives, voyages, moment de souci... Si l’on décide de céder au réconfort ou à la récompense procurée par la nourriture, ce sera en pleine conscience et l’équilibre se fera naturellement à un autre moment.

- Comprendre la satiété

La satiété est une sensation fragile, il faut se mettre à sa disposition. D’abord, elle ne vient pas immédiatement pendant le repas, mais peu après. Il faut donc l’anticiper. Ensuite, elle demande à être favorisée, encouragée par une alimentation équilibrée. Enfin, il faut savoir qu’elle vient plus facilement avec les aliments qui ont du goût.

 
N'hésitez pas à vous faire aider par un nutritionniste du réseau Maigrir 2000  qui saura vous guider et vous aider à modifier durablement votre comportement alimentaire.

Sources: Les dossiers de psycho. 



 
 **********************   

 


Vous cherchez un point conseil en nutrition et diététique ?

Sélectionnez votre région et découvrez les diététiciens ou nutritionnistes près de chez vous.

Trouvez votre nutritionniste !


 

 
Les Additifs Alimentaires Les Produits Allégés Déchiffrer les etiquettes La Manultrition


Commentaires

Laisser votre commentaire sur cet article :

Vous devez être inscrit et/ou connecté pour poster un commentaire.

Inscrivez-vous ou connectez-vous ci-dessous :